Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




 
Présentation | Règlementation | Enfants | Se préparer | S'informer | Portrait | Technique | Produit

 


Parachutisme


LES DISCIPLINES

 FREE FLY
  VOL RELATIF
  VOLTIGE
  SKY SURF
  VOILE CONTACT
  PRECISION D'ATTERISSAGE
  FREE STYLE
  BASE JUMP
  SWOOP - BLADE RUNNING

FREE FLY
Littéralement le Vol Libre. Officiellement, il n'y a pas de règle en Free Fly, on peut évoluer seul ou à plusieurs dans n'importe quelle position et dans n'importe quel but. Cette jeune discipline a le vent en poupe et gagne du terrain chaque jour.

En fait, même si le Free Fly n'est pas codifié comme les autres disciplines, un certain nombre de règles du jeu sont établies. Les free-flyeurs évoluent tête en bas (parfois debout ou assis) et tentent de voler à proximité ou de jouer les uns avec les autres en se tournant autour. La position tête en bas donne une vitesse de chute très élevée ce qui augmente l'efficacité des déplacements en 3D. Les free-flyers ne planifient pas toujours leur saut ou alors pas complètement et donnent libre cours à leur imagination ... selon leur technicité !

Le Free Fly influence directement le Sky Surf et le Free Style car il propose une autre vision du monde et des changements de trajectoires et de position incessants dont les se servent vidéomen pour dynamiser leurs prises de vues.

Bien que sans règle fixe, le Free Fly donne lieu à des compétitions où l'on évalue maîtrise technique et image.


VOL RELATIF
Le Vol Relatif est une discipline de chute libre où il s'agit de réaliser des figures à plusieurs appelées formations. Cette discipline est de loin la plus pratiquée tant en loisir qu'en compétition.

Le VR se pratique en compétition par équipe de 4, 8 ou 16, accompagnée en chute par son vidéoman qui filme le saut. Il s'agit de réaliser un enchaînement de 5 à 7 formations tirées au sort parmi un programme imposé. Une fois la dernière figure réalisée, on reprend à la première du cycle.



Chaque figure correctement exécutée vaut un point. Le saut est jugé sur 35 secondes en VR4 (départ à 3 000 mètres) et 50 secondes pour le VR8 ou le 16 (départ à 4 000 mètres). Seule la prestation technique compte, aucune appréciation artistique n'entre en jeu : il faut voler le plus vite possible. La France est vice-championne du Monde à 4 et troisième à 8. Le record du monde à 4 est de 36 points en 35 secondes (France). A 8 il est de 31 formations en 50 secondes (US). A 16 il est de 16 points en 50 secondes (Australie).

Le VR se pratique également en grande formation pour tenter de faire non plus le plus de formations mais la plus grande. Le record du monde est un VR 246. Une tentative de VR 300 aura lieu cette année.

VOLTIGE
La voltige est une épreuve de vitesse où il s'agit de réaliser le plus rapidement possible l'enchaînement : tour - tour - salto - tour - tour - salto. Les figures sont toujours les mêmes, seul le sens des tours varie. Les tours sont alternés : tour droit - tour gauche ou l'inverse. Cela donne donc lieu à 4 sauts possibles que l'on appelle les groupes. Le salto est un "saut périlleux" (loop arrière).

Le voltigeur quitte l'avion à 2 000 mètres puis se met en position de piqué intégral afin d'enclencher sa voltige avec un maximum d'efficacité. La voltige s'exécute en position groupée, en rapprochant les segments, afin de tourner le plus vite possible. Les juges prennent le chrono de l'exécution de l'enchaînement et y ajoutent éventuellment des pénalités quand les rotations ou l'assiette ne sont pas respectées.

Le record du monde masculin est détenu par Franck Bernachot (France) en 5 secondes 40. Le record du monde fémininin est détenu par Patricia Glanard (France) en 6 secondes 27.

SKY SURF
Un surfeur évolue dans les trois dimensions accompagné de son vidéoman. Ce dernier met en valeur les mouvements du surfeur en filmant sous tous les angles. Les juges évaluent la technicité tout autant que l'aspect estétique et la qualité de la prise de vue. La taille des surfs varie selon la maîtrise et la corpulence du parachutiste. Un surf large offre une plus grande prise à l'air et est donc plus difficile et plus physique à contrôler. On attribue la paternité du Skysurf aux Lyonnais et en particulier à Laurent Bouquet "Le surfeur d'argent".

VOILE CONTACT



Le Voile Contact, encore appelé canop, se pratique voile ouverte. Il s'agit de réaliser des figures à plusieurs en accrochant les voilures des équipiers. Il existe trois disciplines de compétition :
• VC4 séquence : par équipe de 4, il faut exécuter enchaînement de 4 à 5 figures tirées au sort. Une fois la dernière figure réalisée, on reprend le cycle à la première. Chaque figure réussie vaut 1 point et le saut est jugé sur 2 minutes 30. Départ à 2 000 mètres.
• VC4 rotation : par équipe de 4, les équipiers forment une pile avec leur voile puis celui du haut quitte la formation pour venir donner sa voile à l'équipier du bas. Chaque rotation vaut 1 point et le saut est jugé sur 1 minute 30. Départ à 2 000 mètres.

 

PRECISION D'ATTERRISSAGE
La plus ancienne des disciplines du parachutisme sportif consite à venir poser le talon le plus proche d'une pastille de 3 centimètres.

Les PAtistes quittent l'avion vers 1 000 mètres et travaillent leur approche de façon à arriver en phase finale d'atterrissage axés face au vent, légèrement au-dessus de la cible, en tenant la voile en freins afin de contrôler le plus précisémennt ses mouvements. La cible est un support électronique mesurant jusqu'à 16 centimètres du centre que l'on appelle le carreau.

La PA se pratique en individuel mais aussi par équipe de 4 et le score de l'équipe est la distance cumulée des sauts de chacun.

Le record du monde du plus grand nombre de carreaux d'affilée est de 14 (Sergueï Vertiprakhov, Russie).

FREE STYLE
Un Free Styleur effectue toute sorte de mouvement sur les trois axes, accompagné en chute d'un vidéoman chargé de mettre en valeur sa prestation.

Les juges évaluent la difficulté technique ainsi que l'exécution des mouvements. Ils prennent également en compte la qualité artistique du chuteur comme de la prise de vue. Une compétition comprend des sauts de figures imposées puis des sauts de programme libre où le Free-Styleur est libre du contenu de sa composition.

BASE JUMP


Le BASE jump consiste à sauter d'obstacles naturels ou artificiels.
Le BASE est un acronyme reflètant les principaux types de départ :
  Building : saut de bâtiment et de gratte-ciel
  Antenna : saut d'antenne et de pilône
  Span : saut d'arche et de tablier de pont
  Earth : saut de falaise



La proximité de l'obstacle et le manque d'appui de chute demande une grande méticulosité dans la pratique ainsi que du matériel adapté.

Le BASE se pratique principalement seul ou en groupes restreints d'initiés. Le seul événement de masse est le Bridge Day organisé d'un pont élevé aux US.

Le BASE n'est pas reconnu comme discipline fédérale en France. La première compétition officielle (reconnue par l'IPBC) a eu lieu en mars 98 d'une falaise de 400 pieds dans l'Utah (USA). Le jugement était basé sur deux critères : précision à l'ouverture et précision à l'atterrissage.

SWOOP - BLADE RUNNING
Les voilures rapides permettent d'exécuter quelques manoeuvres à haute vitesse au ras du sol, pour peu que l'on en maîtrise parfaitement le pilotage. Une voile mise en survitesse peut ainsi atteindre entre 60 et 80 km/h.

Il existe quelques évènements basés sur ce pilotage au ras du sol, mais aucun n'est reconnu comme discipline officielle en France(essentiellement pour des raisons de sécurité). Aux Etats-Unis, Reg Eastaugh et R. J. Worth ont mis en place des compétitions d'atterrissage et de course de descente de pentes enneigées.

Le Swoop consiste en une démonstration de figure à l'aterrissage. Les quelques compétitions ont lieu sur un plan d'eau afin de minimiser les dommages en cas de trajectoire mal appréciée. On met la voile en survitesse en la faisant piquée face sol puis on transforme cette vitesse en énergie pour effectuer le plus long plané au ras du sol, pour faire remonter sa voile de quelques mètres ou encore pour effectuer un slalom.

Le Blade Running se pratique sur des pentes enneigées que l'on a balisé par de grandes flammes (blades) pour en faire un parcours de slalom. Les participants quittent un hélicoptère en haut de la piste puis dévalent la pente en passant entre les flammes sans jamais toucher le sol.

Manu ARS   

 
Présentation | Règlementation | Enfants | Se préparer | S'informer | Portrait | Technique | Produit

 

Consultez nos autres guides pratiques...

ETE   HIVER
Randonnée Via Ferrata Ski alpin
VTT Voile / Funboard Ski de fond
Alpinisme Rafting Raquettes
Escalade Canoë Kayak Ski de rando
Canyoning Parachutisme Cascades de glace
Nage en eaux vives Parapente  Snowboard
Course d'orientation Pêche  
Spéléologie Randonnée animaux  

 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com